Cette plateforme est une initiative de cinq organisations de la société civile congolaise : l’Association congolaise pour l’accès à la justice (ACAJ), Agir pour des élections transparentes et apaisées (AETA), Filimbi, Les Congolais débout, et la Lutte pour le changement (Lucha).
Pour nous contacter :
+243 971 422 656
info@electionsrdcongo.com

Condition #1 : déclaration explicite de Joseph Kabila

AFP

-> Une déclaration claire et explicite du président Joseph Kabila selon laquelle il ne se représentera pas

Pendant des années le président Joseph Kabila a refusé de déclarer publiquement qu’il ne sera pas candidat et se représentera pas à la fin de son second et dernier mandat. Ce qui est paradoxal pour un chef d’État qui a toujours affirmé vouloir respecter la constitution.

La désignation d’une autre personne comme candidat de la majorité à l’élection présidentielle constitue sans aucun doute un pas dans la bonne direction, d’où notre satisfecit. Néanmoins nous restons prudents au regard des expériences passées et récentes avec le pouvoir dans le cadre du processus actuel.

En effet, rien pour le moment ne permet de dire que Joseph Kabila a décidé de quitter le pouvoir. Tous les actes pris ces derniers temps (nominations à toutes les hautes fonctions militaires, judiciaires et civiles, lancement des grands projets, …) montrent plutôt un homme prêt à tout pour conserver le pouvoir. C’est ce flou qu’il ne cesse de garder, car lors de son discours d’adieu à la SADC il a lancé cette phrase : « Je ne vous dis pas adieu, mais à bientôt »… Dès lors la vigilance doit rester de vigueur.

Décembre est à la fois loin et pas assez. D’ici là les choses peuvent bouger et changer comme on l’a vécu avec le processus d’enrôlement : une nouvelle rébellion, un nouveau glissement, une crise majeure provoquée appelant à des nouvelles négociations, une intervention de l’armée… C’est pourquoi il est essentiel que l’ensemble des dix conditions soient remplies pour parler d’un processus électoral véritable. Sinon, tout le reste ne constitue que des « tactiques », pour répéter les mots du ministre Lambert Mende, en vue de la conservation du pouvoir par le président Joseph Kabila.

Share Button