Cette plateforme est une initiative de cinq organisations de la société civile congolaise : l’Association congolaise pour l’accès à la justice (ACAJ), Agir pour des élections transparentes et apaisées (AETA), Filimbi, Les Congolais débout, et la Lutte pour le changement (Lucha).
Pour nous contacter :
+243 971 422 656
info@electionsrdcongo.com

Blog

RD Congo : pourquoi la gouvernance de Félix Tshisekedi s’annonce très difficile

Proclamé vainqueur de l’élection présidentielle du 30 décembre par la Ceni dans la nuit du mercredi 9 et jeudi 10 janvier dernier, le nouvel homme fort de Kinshasa a finalement prêté serment le jeudi 24 janvier, après la confirmation de sa victoire par la Haute Cour constitutionnelle du pays. Un événement historique pour la RDC et la sous-région, mais aussi déterminant, puisque le nouveau président hérite d’un pays aux innombrables défis. Comment Félix Tshisekedi va-t-il gouverner, avec qui et surtout avec quels moyens ? Ce sont les questions que se posent de nombreux Congolais, loin de se satisfaire de cette passation pacifique du pouvoir.

Des pressions de toutes parts

Silencieux depuis la réception de son Nobel de la paix, le docteur Denis Mukwenge est pourtant sorti de sa réserve et a lancé un vif avertissement à Félix Tshisekedi : « Notre peuple, qui a tant souffert à cause d’un système qui l’a asservi depuis des décennies, attend beaucoup de ses nouveaux dirigeants pour améliorer son quotidien et lui tracer un avenir plus prometteur », a-t-il déclaré depuis son fief de Panzi, dans l’est de la RDC. Avant d’ajouter : « Nous espérons qu’ils assumeront ce rôle avec gravité. » Peu avant le célèbre médecin, Mgr Fridolin Ambongo, archevêque de Kinshasa, mettait déjà en garde le nouveau président, devant les caméras de France 24. « Ma peur est qu’il n’y ait pas de changement, que ce soit le même système qui continue, a-t-il confié, alors que le nouveau président devait être investi ce jeudi 24 janvier. Mon message au nouveau président serait de lui dire qu’il n’oublie pas d’où il vient. Qu’il n’oublie pas le combat du peuple, car le peuple souffre. »

Un autre avertissement plus direct encore est cette fois venu d’Ève Bazaiba, secrétaire générale du MLC, parti de Jean-Pierre Bemba et soutien de Martin Fayulu. « Félix Tshisekedi n’a pas gagné et il le sait bien. On lui a montré qu’il était troisième derrière, après Shadary, on lui a donné le pouvoir pour garantir les intérêts de la continuité. » « Qu’il sache que le pouvoir qu’on lui a donné est un cadeau empoisonné », renchérit-elle.

Cliquez ici pour continuer

Share Button
Aucun commentaire
Poster votre commentaire