Cette plateforme est une initiative de cinq organisations de la société civile congolaise : l’Association congolaise pour l’accès à la justice (ACAJ), Agir pour des élections transparentes et apaisées (AETA), Filimbi, Les Congolais débout, et la Lutte pour le changement (Lucha).
Pour nous contacter :
+243 971 422 656
info@electionsrdcongo.com

Blog

Campagne électorale et droits de l’Homme : nos membres tirent la sonnette d’alarme

La campagne électorale a démarré timidement en RDC mais déjà les signaux d’alarme retentissent quant au respect des droits de l’Homme par les forces en présence. Si d’une part les manifestations s’organisent plus ou moins librement en dépit de quelques entraves administratives semées discrètement sur les routes de l’Opposition, d’autre part on constate des violations des droits et libertés dans le chef de plusieurs acteurs.

C’est ainsi qu’ACAJ, une de nos organisations membres, ne cesse d’appeler au calme et au civisme des partis, des candidats et de la population pour une campagne apaisée. Notre membre appelle « les leaders et militants des partis et regroupements politiques à mener une campagne électorale qui privilégie le débat d’idées, tolère les adversaires et rejette les injures ainsi que les actes de vandalisme contre les biens publics ou privés ».

A cet appel nous pouvons aussi ajouter l’utilisation abusive des moyens et du pouvoir de l’Etat au service d’un candidat. En effet le pouvoir n’a pas hésité à aller chercher des élèves dans leur école en leur distribuant des « polos » à l’effigie du candidat du parti au pouvoir pour aller accueillir Shadary au Katanga. L’instrumentalisation des enfants pour la propagande électorale est inadmissible et constitue une violation flagrante des droits des enfants et des lois nationales.

Le saccage d’un bureau de campagne du candidat au pouvoir par la population à Kisangani doit être condamné par tous car c’est un acte inadmissible en démocratie.

En effet, ici et là, on signale des comportements et des actes violents qui sont incompatibles dans un Etat de droit. Comme par exemple, les affrontements à Mbuji-Mayi entre les partisans de l’Opposition et du pouvoir. Il appartient au pouvoir public de veiller sur le respect des lois et de protéger les citoyens.

Enfin sur le plan international, la campagne menée par l’Union Africaine et certaines personnalités européennes, en particulier le député européen Louis Michel, pour la levée des sanctions contre les autorités criminelles de la RDC au nom d’un réalisme politique, est juste scandaleuse et nos membres ainsi que la population congolaise se joignent à toutes les bonnes volontés pour demander le maintien de ces sanctions en attendant le jour où la justice pourra faire librement son travail.

Chaque acteur doit jouer un rôle à la fois préventif et actif en faveur du respect des droits de l’homme. Pour l’ensemble de nos organisations, le respect des droits des citoyens est une ligne rouge que nous n’accepterons pas.

Share Button
Aucun commentaire
Poster votre commentaire