Cette plateforme est une initiative de cinq organisations de la société civile congolaise : l’Association congolaise pour l’accès à la justice (ACAJ), Agir pour des élections transparentes et apaisées (AETA), Filimbi, Les Congolais débout, et la Lutte pour le changement (Lucha).
Pour nous contacter :
+243 971 422 656
info@electionsrdcongo.com

Blog

Processus électoral en RDC : quelles responsabilités pour L’Opposition politique

Après plus de 58 ans d’indépendance, la RDC aurait dû vivre un moment historique il y a deux ans à l’échéance du second et dernier mandat constitutionnel de l’actuel Président en décembre 2016. Malheureusement, il est regrettable que l’actuel régime, dont la légitimité (voire la légalité) est fortement contestée, ait favorisé un processus électoral complètement biaisé et dont la crédibilité est totalement remise en cause. La RDC semble avoir de nouveau basculé dans un système dictatorial. Face à cette situation, les forces dites du Changement, parmi lesquelles l’Opposition politique, doivent prendre conscience des enjeux et mettre en place des stratégies appropriées afin d’imposer un processus électoral libre, transparent et inclusif. Dans un tel contexte, quelles sont les responsabilités de l’Opposition politique congolaise ? Sera-t-elle capable de transcender ses égos en  se comportant comme un groupe uni et responsable de l’avenir du pays ou va-t-elle, une fois de plus, favoriser les petits intérêts égoïstes de ses principaux acteurs au détriment de la majorité des citoyens dont ils prétendent défendre les intérêts ?

La crédibilité du processus électoral laisse à désirer et est remise en cause par la plupart des acteurs internationaux et nationaux, y compris l’Opposition politique. Cependant nos organisations ont du mal à voir clairement la stratégie développée par l’Opposition pour contrer les manœuvres du pouvoir. Aujourd’hui nous nous sentons obligés d’interpeller l’Opposition politique quant à sa responsabilité dans l’avenir du pays et en particulier sur son comportement face aux enjeux électoraux.

Il y a quelques semaines, des organisations de la société civile avaient reçu des dirigeants de l’Opposition pour les sensibiliser à la nécessité d’une stratégie commune, incluant la désignation d’un candidat commun, afin d’imposer l’organisation d’élections libres, transparentes et inclusives dont le peuple congolais a besoin. Cependant en dépit des rencontres, des communiqués communs et autres meetings, nous ne voyons pas une stratégie cohérente et adaptée aux différents scénarios. Par-delà les postures, nous voyons et entendons des sons des cloches différents. En outre, nos différents membres et partenaires nous rapportent des éléments qui montrent que certains au sein de cette Opposition seraient dans une logique de collaboration avec le vainqueur autoproclamé qui serait issu de l’actuel régime. C’est pourquoi nous nous interrogeons sur leurs capacités à dépasser leurs propres ambitions pour se mettre au service du Congo et de son peuple.

Trop souvent la classe politique dans son ensemble nous a déçu par son comportement. Il suffit de circuler dans les rues et les recoins de notre pays pour entendre ces quelques mots : « Tous les mêmes ». Malheureusement, il y a une très grande vérité dans ces trois mots. Les opposants ont souvent trahi leurs paroles et leurs promesses. Des concertations nationales au dialogue de la CENCO, en passant par des négociations secrètes, combien n’ont-ils pas franchi le rubicon et se retrouvent aujourd’hui membres fondateurs du Front Commun pour le Congo (FCC), plateforme de soutien à Joseph Kabila, le président sortant. Combien aujourd’hui ne chantent-ils pas les louanges de celui qu’ils critiquaient hier ? Combien aujourd’hui ne se prosternent-ils pas (au propre comme au figuré) devant celui qui était le dictateur et le fossoyeur du Congo ? Et tout ceci pourquoi ? Pour quelques billets de banque et des postes ministériels…

Si la classe politique dans son ensemble, et l’Opposition en particulier, pense que le peuple est dupe, incapable de réagir et de reconnaître les siens, alors elle se trompe clairement et montre qu’elle est totalement coupée du peuple. Les mots des évêques, l’éveil des jeunes et l’engagement de plusieurs font souffler un vent nouveau sur notre pays et ce mouvement ne cesse de grossir. Des femmes et des hommes observent et identifient ceux qui trahissent le peuple. Des mouvements citoyens aux organisations de la société civile, des villages reculés aux grandes villes, la colère gronde et malheur à l’Opposition si elle doit être assimilée aux pilleurs et aux destructeurs de notre pays.

Le moment est venu et le temps lui est compté pour s’asseoir autour de la table et parler du Congo et de l’avenir. L’heure est arrivée pour que ceux qui veulent nous diriger demain prouvent leurs qualités d’Hommes d’Etats intéressés non par leurs ambitions personnelles mais par l’amour de la patrie et la défense des intérêts des populations congolaises, qu’elles soient de l’Est ou de l’Ouest, du Nord, du Centre ou du Sud.

Sachez, Jean Pierre Bemba, Félix Tshisekedi, Moïse Katumbi, Vital Kamerhe, Martin Fayulu, Freddy Matungulu, Adolphe Muzito, Ifoku Marie Josée, Seth Kikuni, Noel Tshani, etc, que le peuple vous observe. Mettez-vous ensemble, Mutualisez vos forces, élaborez des stratégies communes, un programme commun, choisissez le meilleur et le plus rassembleur, laissez de côté votre égoïsme et votre ambition et engagez-vous pour servir le peuple et le Congo. Alors seulement vous deviendrez des véritables hommes d’Etats et nous serons fiers de vous.

Votre responsabilité est grande. Si vous vous unissez et travaillez ensemble, nous imposerons l’organisation d’élections libres transparentes et inclusives. Si vous ne le faites pas, le régime dictatorial actuel se maintiendra car  vous connaissez, pour avoir à un moment ou à un autre travaillé ou discuté avec ce pouvoir, sa capacité de nuisance. Vos amis en prison ou invalidés sont encore là pour vous le prouver. Ceux qui sont passés de l’autre côté vous montrent aussi que la trahison est toujours possible et le pouvoir n’en a pas encore fini avec vous. Dispersés, personne parmi vous ne sera à l’abri mais unis, vous serez forts et le peuple sera avec vous.

Nous sommes simplement les voix des millions des congolais et si vous devenez responsables de l’échec de l’alternance que le peuple attend, nous n’hésiterons pas non plus à le dire. Le processus actuel conduit sûrement au chaos, le temps vous est compté pour obtenir un processus libre, transparent, crédible et inclusif. L’unité de l’Opposition est l’une des clés qui nous permettra d’obtenir un tel processus et sachez que si vous refusez de vous engager sur cette voie, le peuple ne vous le pardonnera jamais. Car le mal dont souffre notre pays c’est l’absence des sanctions et de redevabilité à tous les niveaux.

Au nom du peuple congolais et au nom de nos organisations : UNISSEZ-VOUS pour qu’ensemble NOUS SAUVIONS LE CONGO du chaos !

Share Button
Aucun commentaire
Poster votre commentaire